Bon, alors, on fait quoi ?

Chers amis,

Il ne nous aura pas échappé que nous vivons une séquence quelque peu inconfortable. Je passerai sur les inquiétudes générées par la propagation de la maladie, les remises en question politiques, économiques, écologiques et sociétales formulées par divers acteurs ou encore les interrogations profondes conjointement soulevées par l’isolement (et/ou le désœuvrement) et la singularité de la situation. Aujourd’hui, je ferai dans le pratique, le fonctionnel, l’efficace : la préparation de « l’après ».

Mon message de début d’année était titré « Année 20, année folle ». D’une certaine manière, je ne croyais pas si bien dire… Cependant, si on retourne y jeter un coup d’œil, dès le visuel d’ouverture, on s’aperçoit qu’il y a quelque chose de louche : un homme et une femme assez peu vêtus, assis au bord de l’eau et tellement proches l’un de l’autre que certaines parties de leurs corps se… touchent !

Eh oui, c’était un autre temps… Et puis, un peu plus loin dans ce texte, après vous avoir fait part de ma probable naïveté, je m’abandonne à l’idée que l’espèce humaine s’est toujours sortie de moments critiques, et je nous souhaite une année de création et d’innovation… Tiens, tiens… Sortir de moments critiques ? Création, innovation ?

Bon. Le moment est critique et il faut s’en sortir, c’est indéniable. Pour cela, chacun à son niveau, nous essayons de faire preuve de « résilience » (un mot tellement à la mode qu’il risque de bientôt passer à la trappe). Il se trouve que depuis 7 ans, je fais partie d’un groupe dont l’objectif principal est d’aider ses membres à développer leurs affaires. Si la finalité est pour le moins pragmatique et dénuée de toute hypocrisie, les valeurs sont humanistes et bienveillantes.

Alors que nous nous réunissions chaque jeudi dans une brasserie, la crise venue, nous avons décidé, non pas de laisser tomber, mais au contraire de réagir. Désormais, nos réunions se déroulent en ligne, et vous êtes invités. Une minute pour en savoir plus :

Espace de mise en relation entre personnes qui souhaitent développer leur activité, construire des partenariats ou découvrir des compétences, « Flash Info » d’experts sur des sujets d’actualité brûlante, voilà ce que nous vous proposons (gratuitement, cela va sans dire) tous les jeudis matin dès 7h. Alors, si ça vous tente, n’hésitez-pas !

Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site du groupe.

Ou plus simple : contactez-moi !

Pendant ce temps

Commentaires fermés sur Pendant ce temps

La politique m’intéresse. L’évolution des idées politiques m’intéresse, la stratégie politique m’intéresse, la communication politique m’intéresse. Et les politiques eux-mêmes, m’intéressent au plus haut point – je parle des quelques hommes et femmes dont les noms sont connus d’une bonne partie d’entre-nous. Toujours sous les projecteurs (et si ce n’est pas le cas, en demande), ils deviennent de véritables objets médiatiques. Les communicants les travaillent comme des marques, et tout en eux n’est animé que par l’envie de convaincre. Sans répit, ils tournent d’estrade en plateau, de réunion en studio avec une seule idée en tête : convaincre.

Et puis il y a la faille. Je me souviens par exemple de Jacques Barrot, ce centriste plusieurs fois ministre qui occupa de hautes fonctions à la Commission européenne. Le 21 avril 2002, un journaliste l’interviewait dans son bureau, et il a soudain fondu en larmes. Salubre authenticité.

Je suis tombé sur cette vidéo juste après avoir posté mon précédent message. Qu’on ne s’y méprenne pas : ce que je veux vous montrer en vous présentant cette intervention n’est pas forcément le fond du message. Je souhaite juste vous faire partager un moment de dignité. Par ailleurs, une partie de ce message est consacrée au mot, au sens, sujets qui me sont chers. Lorsqu’on tord le sens des propos, ce qui arrive souvent en communication, on prend des risques rarement maîtrisés. Et quand il s’agit de politique, c’est à dire du bien commun, les conséquences sont ensuite supportées par tous.

Autre chose. Quelque soit ce que l’on puisse penser de l’homme qui intervient dans cette vidéo, il est habité, indubitablement. Et comme certains tribuns malheureusement de moins en moins nombreux, il est capable de : lyrisme. Le mot est beau, n’est-ce pas ? Je vous laisse juges.

Cliquez ici pour regarder la vidéo