Bon, alors, on fait quoi ?

Chers amis,

Il ne nous aura pas échappé que nous vivons une séquence quelque peu inconfortable. Je passerai sur les inquiétudes générées par la propagation de la maladie, les remises en question politiques, économiques, écologiques et sociétales formulées par divers acteurs ou encore les interrogations profondes conjointement soulevées par l’isolement (et/ou le désœuvrement) et la singularité de la situation. Aujourd’hui, je ferai dans le pratique, le fonctionnel, l’efficace : la préparation de « l’après ».

Mon message de début d’année était titré « Année 20, année folle ». D’une certaine manière, je ne croyais pas si bien dire… Cependant, si on retourne y jeter un coup d’œil, dès le visuel d’ouverture, on s’aperçoit qu’il y a quelque chose de louche : un homme et une femme assez peu vêtus, assis au bord de l’eau et tellement proches l’un de l’autre que certaines parties de leurs corps se… touchent !

Eh oui, c’était un autre temps… Et puis, un peu plus loin dans ce texte, après vous avoir fait part de ma probable naïveté, je m’abandonne à l’idée que l’espèce humaine s’est toujours sortie de moments critiques, et je nous souhaite une année de création et d’innovation… Tiens, tiens… Sortir de moments critiques ? Création, innovation ?

Bon. Le moment est critique et il faut s’en sortir, c’est indéniable. Pour cela, chacun à son niveau, nous essayons de faire preuve de « résilience » (un mot tellement à la mode qu’il risque de bientôt passer à la trappe). Il se trouve que depuis 7 ans, je fais partie d’un groupe dont l’objectif principal est d’aider ses membres à développer leurs affaires. Si la finalité est pour le moins pragmatique et dénuée de toute hypocrisie, les valeurs sont humanistes et bienveillantes.

Alors que nous nous réunissions chaque jeudi dans une brasserie, la crise venue, nous avons décidé, non pas de laisser tomber, mais au contraire de réagir. Désormais, nos réunions se déroulent en ligne, et vous êtes invités. Une minute pour en savoir plus :

Espace de mise en relation entre personnes qui souhaitent développer leur activité, construire des partenariats ou découvrir des compétences, « Flash Info » d’experts sur des sujets d’actualité brûlante, voilà ce que nous vous proposons (gratuitement, cela va sans dire) tous les jeudis matin dès 7h. Alors, si ça vous tente, n’hésitez-pas !

Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site du groupe.

Ou plus simple : contactez-moi !

La fête c’est maintenant !

Publicité, communication, les messages véhiculés par tous les médias auxquels nous avons accès offrent souvent une réflexion sur notre époque. Ainsi en va t-il de celui de Monoprix, hyper simple, malin et pétillant :

Vivement Ok

Pour beaucoup d’entre nous, l’avenir est bouché ; et penser à demain génère plus d’angoisse que d’espoir. Les parents se font du souci pour le futur de leurs enfants et les jeunes ne s’en font même plus, résignés qu’ils sont à des lendemains atones. Dans ce quotidien que d’aucuns qualifieraient d’anxiogène, l’enseigne nous fait une proposition qu’elle n’est pas la première à formuler. Du genre : « Si tu veux te faire du bien, c’est maintenant que ça se passe ; et tu serais sacrément benêt d’attendre demain ». On l’aura tous compris, en plaidant pour cette forme de plaisir décomplexé, Monoprix nous incite à une consommation au quotidien sans mauvaise conscience. Un retour à l’univers insouciant de notre enfance.

Mais par sa légèreté, par sa proximité de ton avec le langage de tous les jours (comme si ce « Vivement aujourd’hui » était une petite phrase joyeuse qu’on se lancerait entre collègues avant d’attaquer la journée), je crois que ce slogan est encore plus juste qu’il ne le laisse paraître.

Souvenons nous que Monoprix – enseigne tendance qui surfe sur une alimentation plus haut de gamme que les grandes surfaces et un prêt-à-porter à prix quasi discount – est un vestige de ceux que l’on appelait les « magasins populaires ». Entre le grand magasin du pauvre et le bazar classe, les magasins populaires sont aujourd’hui nommés « magasins multi-commerces ».

Le tournant urbain-branché de Monop’ a été pris à l’époque où Prisunic (hé oui, ces sacrés Prisunic qu’avec notre langage d’ados, fleuri et impitoyable, nous appelions « magasins de vieilles ») est devenu Monoprix. Là, tout doucement, la marque s’est modernisée et l’offre s’est adressée à un public plus large, puis plus select (ou vu par lui-même comme tel). Aujourd’hui, Monoprix domine le marché des multi-commerces de manière arrogante ; et si les points de vente sont si bien implantés et perçus dans les centres-villes, c’est que l’ADN est toujours là et qu’ils sont, malgré leur positionnement très étudié, restés les magasins du coin de la rue. Ce que véhicule très bien, je pense, ce « Vivement aujourd’hui ».