L’homme, le professionnel et la machine

 

Lors de ma précédente intervention, je vous avais donné un petit truc de rédacteur : le parler positif. Aujourd’hui, nous allons tout bêtement aborder le délicat sujet de l’intérêt de consulter un concepteur-rédacteur… hum…

Bon, allez, parlons global : en gros, nous savons tous écrire et nous possédons tous un potentiel créatif (variable, soit). Donc, lorsqu’il s’agit de travailler sur la création d’un nom, d’une base line ou d’un slogan, chacun d’entre nous a une chance d’avoir un jour « l’idée qui tue ». Je me souviens, il y a maintenant près de 30 ans, alors que je ne me disais pas encore concepteur-rédacteur (et pour cause, je ne savais même pas que ça existait), un ami avait fondé une entreprise de transport de petits colis qu’il avait nommée « Réguli Courses », ce à quoi j’avais rétorqué « Ça roule de course ». Ce fut ma première base line, elle eut un certain succès. Et, si j’admets bien volontiers qu’on aurait pu faire mieux, j’ose encore la citer. Ceci dit, lorsqu’on n’est pas professionnel, le problème est double : la pertinence (j’ai encore en tête ce salon de coiffure nommé « Crin Tifs ») et l’antériorité (les marques se multiplient, les médias sont de plus en plus prolixes et il est de plus en plus difficile d’aligner un petit groupe de mots qui n’ait pas déjà été utilisé).

Partant du même constat, si nous avons besoin d’écrire un texte communicant, nous sommes tous peu ou prou en mesure de le faire. Mais outre la question récurrente de la pertinence, les difficultés sont encore plus nombreuses. Tout d’abord, le manque de temps. Je ne m’étendrai pas sur le sujet : les non professionnels ont toujours d’autres chats à fouetter alors que les professionnels sont tout simplement payés pour ça. Viennent ensuite (liste non exhaustive et dans le désordre) le style, la technique, la clarté, la capacité à convaincre, le potentiel de référencement (lorsqu’il s’agit de rédaction en ligne), etc. J’ai retenu en la matière un de ces e-mailings que nous recevons tous est qui représente un sommet probablement dû à un savant cocktail de « non natifs », de générateur de textes et de traducteur automatique. En voici la retranscription mot à mot :

« Free.fr bon cadeau par la poste

Xxx pour un temps limité, vous pouvez obtenir gratuite de coupon pour être mail pour vous et dépenser en Free.fr. Il est une offre incroyable et ne durera pas longtemps.

Voici revendication maintenant avant qu’il ne soit trop tard

Nous savons que les temps sont durs et tout le monde pourrait utiliser un peu d’aide. Avec Free.fr bon, xxx permet d’économiser jusqu’à 1 500 Euros dans Free.fr. Visitez ici pour en savoir plus.

Entrez ici pour commencer à économiser dès maintenant !

Participation obligatoire pour réclamer. Voir plus de détails. »

 

L’original ci-dessous.

 e-mailing free

Vous auriez cliqué, vous ? Conclusion : si vous avez besoin d’envoyer un e-mailing frauduleux et crédible, n’oubliez pas de faire intervenir un bon rédacteur.

Plutôt mourir !

La seule idée de la mort me terrifie. C’est simple, ça me donne envie de me suicider.

Le théorème de la boîte aux lettres

Commentaires fermés sur Le théorème de la boîte aux lettres

Si tu ouvres ta boîte aux lettres et que tu constates qu’il y a du courrier, tu es sûr que le facteur est passé.

S’il n’y a rien, tu n’es sûr de rien.

Le torchon

Un torchon plié, c’est un torchon chiffonné, mais dans l’ordre.