Le mot qui tue

Une parlementaire excédée dit à Winston Churchill :

« Si j’étais votre femme, je mettrais du poison dans votre café ».

Ce bon vieux Winston lui répondit, impassible :

« Si j’étais votre mari, je le boirais ».