Le retour de la créativité, et le monde est à vos pieds

Aujourd’hui je serai bref : en toute simplicité, je vous apporte la solution à tous vos problèmes.

La créativité est un élément essentiel pour la survie, et encore mieux, le développement d’une entreprise. Et à tous les niveaux. Seulement voilà, la créativité ça ne se décrète pas. Eh bien moi, tel que vous me voyez (ou plutôt que vous me lisez), j’ai LA solution. Découvrez le Professeur Foufouna !

C’est pas beau, ça ?

Cadeau et promo

Hermeto Pascoal est un ovni. Né en 1936, ce Brésilien a traversé les époques sans qu’on puisse le caser dans quelque catégorie que ce soit. De la bossa nova à l’expérimentation pure, il est intervenu (et intervient toujours) sur tous les terrains. A l’aise avec de nombreux instruments de musique, il lui est également arrivé de jouer avec des objets du quotidien – comme des théières ou des boîtes en plastique –, des jouets, voire des animaux (en toute bienveillance !). Et si elle est parfois savante, sa production est la plupart du temps ludique. Je terminerai cette introduction en précisant qu’il fut qualifié par Miles Davis de « plus impressionnant musicien du monde » ! Rien que ça…

La brève vidéo ci-dessous fait intervenir Yves Montand en guest-star. Hermeto Pascoal utilise ici la voix de l’acteur au petit accent chantant comme une matière première. Ne tenant pas compte du sens de son propos, il s’intéresse à ses modulations. Le résultat ? une musique issue de mots, mais sans paroles (hum…). Etonnant !

La prestation d’Hermeto Pascoal dure un peu moins de 7 minutes. Mais pour les plus impatients ou les plus pressés d’entre vous, rendez-vous à la troisième minute. A ne pas manquer.

 

A l’occasion de mon dernier post, je vous avais parlé de mon portfolio. Le voici enrichi d’une référence de taille : un livre retraçant le projet du Grand Stade de Lyon – également appelé Stade des Lumières –, commandé par VINCI Construction France avec l’agence lyonnaise Trait d’Union pour maître d’œuvre.

Au service d’une marque, d’une entreprise, d’un produit ou d’un projet, un livre est un outil de communication hors normes. Prestigieux, d’une crédibilité sans pareil, il propulse véritablement son sujet dans l’histoire, et par la grande porte. Un bel objet communiquant qui s’inscrit dans le temps.

J’ai eu le plaisir de participer à la conception de ce magnifique livre et d’en assurer la rédaction à l’issue de nombreuses interviews d’acteurs passionnés et passionnants.

Livre Grand Stade de Lyon-1306 DB.indd

Pour découvrir le livre, cliquez sur la couverture, puis sur le sous-onglet « Livres ».

Transition ? Faites le bon choix, empruntez la bonne voie…

La quarantaine ou la cinquantaine sont des moments clés de l’existence durant lesquels on se pose des questions. Changer de vie, de métier ? Emprunter une nouvelle voie ou persévérer sur un chemin tracé depuis des années ? Pour y répondre, il peut être bien utile de se faire accompagner. Avec un parcours riche de nombreux changements, Jean-Michel Poncet a fait de la transition un métier qu’il pratique avec un succès certain…

Un book et des clopes…

Et voilà, j’ai enfin un portfolio ! Si vous me faites le plaisir de le visiter, vous pourrez en savoir un peu plus sur mes activités et mes réalisations.

Mais je voudrais aussi vous présenter le projet d’une entreprise dont les fondateurs pensent qu’on peut contribuer à sauver le monde en créant des jeux. Pas banal, non ? Connaissez-vous Dowino ? J’en avais déjà parlé ici, à l’époque où l’équipe lançait un jeu de combat et d’aventure 100% audio, A Blind Legend, destiné aux aveugles et malvoyants, ou à sensibiliser les « bienvoyants » à la déficience visuelle.

Aujourd’hui, Dowino s’attaque au tabagisme. Son nouveau projet, Smokitten, se présente comme le premier jeu vidéo pour arrêter de fumer… ou ne jamais commencer. C’est drôle, sympa, non culpabilisant ; c’est original et convaincant : pour ma part, je soutiens.

Dowino a lancé une souscription sur Ulule ; si ça vous tente…

Et pour découvrir mon portfolio tout neuf, regardez, c’est l’onglet du même nom en haut de l’écran.

Une année… géniale ?!

Dans la série des bassistes de génie, justement, je vous avais déjà présenté Marcus Miller, le slapper fou, et Jaco Pastorius, l’homme aux doigts d’or. Aujourd’hui, j’ai envie de vous offrir du Charles Mingus. Plus qu’un grand contrebassiste, Charles Mingus fut à mon sens un compositeur, un arrangeur et un chef d’orchestre sans égal, qui sut par ailleurs s’entourer de musiciens d’exception. Cet homme au destin chaotique a construit tout au long de sa carrière une œuvre unique faite d’ambiances comme des réminiscences, d’atmosphères chaudes et envoûtantes et d’émotions paroxystiques.

Un univers.

Normal, pour un dieu de la musique…

Allez, un dernier clic pour le grand voyage !

De la théorie à la pratique – ou le chat et la tartine

Nous le savons, entre théorie et pratique, il existe parfois un fossé que seules l’expérience ou de cruelles déconvenues peuvent combler. Aujourd’hui, je vous parlerai de théorie, de pratique et d’absurde. Et si vous le souhaitez, vous pourrez voir de très brèves vidéos qui mettent justement l’absurde en scène, chacune à sa façon.

Avez-vous déjà entendu parler du chat de Schrödinger ?

Erwin Rudolf Josef Alexander Schrödinger (1887 – 1961) était un physicien et philosophe autrichien. Adoptant une position critique face à la mécanique quantique et son « interprétation de Copenhague », il a conçu une expérience dont l’objet était un chat. Je précise rapidement que selon le « principe de superposition », un même état quantique peut posséder plusieurs valeurs (en gros, un atome peut être en même temps intact et désintégré). Par ailleurs, et pour faire bref, l’interprétation de Copenhague stipule que l’instrument de mesure et la mesure elle-même sont des éléments déterminants. Schrödinger a donc imaginé un chat enfermé dans une boîte munie d’un système complexe dont le résultat consiste à désintégrer une fiole de poison au bout de quelques instants. Figurez-vous qu’en mécanique quantique, tant que la boîte n’a pas été ouverte, le chat est conjointement mort et vivant.

Une autre expérience théorique utilisant un chat a généré quant à elle de nombreuses interprétations. Nous avons tous subi l’amère application d’une loi immuable qui pourrait être énoncée de la manière suivante : « Toute tartine tombe systématiquement du côté beurré ». Nous savons tous par ailleurs qu’un chat retombe toujours sur ses pattes. Alors, si nous fixons une tartine beurrée sur le dos d’un chat (beurre vers le haut, ça va sans dire) avant de jeter le tout par la fenêtre, que doit-il se produire ? Eh bien, en théorie, le chat reste en lévitation.

Voici maintenant deux très brèves vidéos. L’une – publicité pour une boisson énergisante – décline légèrement la théorie et en produit une ingénieuse application ; l’autre la réfute et nous prouve de manière incontestable que la théorie ne se vérifie pas toujours lorsqu’on la met en pratique.

 

 

Le courage des Français

« Ne mettez jamais en doute le courage des Français, ce sont eux qui ont découvert que les escargots étaient comestibles. »

Je me permets de reprendre une citation  – d’un certain Doug Larson  – que l’on voit ici et là, en même temps tellement drôle et tellement en phase avec l’actualité…